DMCV #5: Beaujolais, Rillettes, et Convivialité

  • DMCVDieu Merci, C‘est Vendredi ce 20 novembre 2015!

Nous avons décidé, il y a une quinzaine de jours, de rassembler quelques amis autour d’un buffet convivial pour célébrer le Beaujolais Nouveau.

Le weekend dernier, nous avons préparé des rillettes maison.

Ce soir, nous avons réuni autour de ces rillettes:

  • Des victuailles:
    • Des pizza riches de couleurs et de saveurs préparées par Vincenza;
    • Une magnifique tortilla de pomme de terres cuisinée par Henri;
    • Du speck arrivé tout droit de la province de Vicenza, en Vénétie (Italie);

Dégustations

Rillettes, speck, pizza, tortilla, etc.

Les rillettes se sont montrées à la hauteur de nos espérances, spécialement associées à quelques légumes au vinaigre (cornichons, oignons, variante) et posées sur des toasts bien chauds. Tout au plus fallait-il en ajuster l’assaisonnement, un peu timide, en rajoutant un peu de sel et de poivre. Cela reste une affaire de goût.

Le speck a montré toute la qualité de ces charcuteries artisanales italiennes, par la texture – et notamment la qualité du gras – et les parfums.

La pizza de Vincenza est un monument de la culture familiale. Ses couleurs joyeuses et la cuisson parfaite ont fait le bonheur de tous.

La tortilla d’Henri n’était qu’un très lointain souvenir, qu’il a joliment ravivé avec cette grande tortilla de pommes de terre conviviale, moelleuse à souhait, avec une douceur addictive apportée par des oignons remarquablement confits.

Bref, notre carte des vins pour la soirée avait un accompagnement de choix.

Beaujolais nouveau 2015

Les 2 beaujolais villages nouveaux que nous avions nous ont apporté beaucoup de plaisir, chacun dans son registre.

Le vin de Romuald Petit nous a charmés par son fruit, sa rondeur et son onctuosité. Très accessible, il a rapidement convaincu ceux qui ont abordé leur premier verre du bout des lèvres. Son côté démonstratif n’empêche pas une belle élégance et de la netteté, avec une finale délicatement tannique.

Le Beaujolais de Jean-Claude Lapalu se montre plus délicat, avec des notes tirant un peu plus sur le floral, avec une pointe orientale. La bouche offre un beau volume. La finale est minérale, voire un peu crayeuse une fois le vin ouvert, sur les épices.

On est bien loin de la caricature et des idées reçues sur le beaujolais nouveau.

Aux jouisseurs le nouveau de Romuald Petit, aux esthètes celui de Jean-Claude Lapalu. Je m’autorise à me compter dans les deux camps, et à n’en rejeter aucun.

Muscat de Noël 2015

Je l’ai déjà écrit, j’ai un grand respect pour le travail réalisé par Marie-Pierre et son équipe au Domaine Piquemal.

Un mot rapide sur la cuvée Clarisse d’abord: C’est un vin idéal pour ouvrir une soirée. Il est facile d’accès, généreux de plaisir immédiat. Si on essaie de l’analyser plus finement, il démontre de grandes qualités d’équilibre, de texture, et de netteté aromatique. Ce sont des qualités rarement offertes ensemble par un vin de pays aussi abordable. Je n’en dis pas plus, vous n’avez qu’à le goûter.

Le Muscat de Noël est un VDN à élevage court. La robe est pale, le nez est fin, frais et délicat. La bouche convainc d’abord par son équilibre, et notamment une grande maitrise du sucre résiduel, qui s’exprime en onctuosité mais sans aucune lourdeur. La finale est fraiche et nette, et nettoie parfaitement la bouche.

Henri, qui a maintenant quelques millésimes de recul sur cette cuvée, ne s’y est pas trompé et a choisi cette cuvée en apéritif. Cela ne l’a pas empêché d’apprécier les autres vins de la soirée, ni de faire honneur aux mets pourtant plutôt roboratifs de la soirée. Le vin se marie aussi très bien au Bleu du Vercors- Sassenage.

Casting

Un grand merci à Patrick, Christian, Nonno Lino (et bon anniversaire!), Nonette Vincenza, Jean-Pierre, Val, Flo, Eliane, Nad, Henri et Alexis pour cette jolie soirée.

D’où viennent les vins?

Tous les vins de la soirée sont distribués par Fou de Vin, à Grenoble.

Dédicace

A tous les amoureux du Beaujolais, des Rillettes, et de la Convivialité: Ne renoncez à rien!

En version française:

Une interprétation libre 😉 en version anglaise sous-titrée ici

Et aussi, parce qu’au final tout ne tient qu’à un fil:

Vivement le prochain DMCV! En attendant: